Vanda di Cesare Treiser

Restaurer la dignité des patients

En 2005, Vanda di Cesare Treiser entre en contact avec l'HGJ pour la première fois, alors que son cher mari Benjamin (Bela) est admis à l'Hôpital, d'abord pour de sérieux troubles cardiovasculaires, puis pour une tumeur au cerveau, qui l'emportera quelques mois plus tard. Encore aujourd'hui, elle est très reconnaissante envers l'HGJ pour la façon exemplaire dont elle et son mari ont été traités. « Cet hôpital a fait plus que son devoir en nous soignant, Bela et moi, raconte-t-elle. Nous ne nous attendions pas à de tels soins. C'était comme si les médecins et le personnel infirmier souffraient avec nous. Ils ont répondu à tous nos besoins physiques et spirituels. Je dois des remerciements à beaucoup de gens. » Elle fait particulièrement l'éloge du Dr David Langleben, chef de cardiologie à l'époque, du Dr Gerald Batist, chef d'oncologie et directeur du Centre du cancer Segal de l'HGJ, et du Dr Morris Schweitzer, endocrinologue et directeur du Centre de prévention cardiovasculaire de l'HGJ.

Mme Treiser raconte que, malgré les souffrances causées par sa maladie, son mari a lutté avec courage pour préserver son autonomie et sa dignité. « Les médecins, les infirmières et le personnel de l'HGJ ont fait toute la différence en le traitant avec compassion comme un être à part entière, d'abord et avant tout, et en nous faisant sentir comme si nous faisions partie d'une grande famille. » Touchée par son expérience, elle crée en 2008 le Fonds de dotation Benjamin (Bela) Treiser en cardiologie et en oncologie. « Grâce à ce fonds, j'espère pouvoir aider de nombreux malades à retrouver leur autonomie et leur dignité, a-t-elle souligné lors d'une réception en l'honneur de son don. C'est un hommage à Bela et à ses convictions. » À ce jour, les sommes générées par le Fonds de dotation ont soutenu l'acquisition d'équipements de pointe pour la Clinique de fonction cardiaque, le laboratoire de tests non effractif et l'échocardiographie, permettant à la Division de cardiologie de renforcer son statut de Centre d'excellence et de continuer à prodiguer les soins les plus perfectionnés et les meilleurs possible au nombre croissant de patients atteints de troubles cardiaques. Une partie équivalente des fonds soutient également la recherche de pointe du Centre du cancer Segal et sert à améliorer les programmes existants sur la diminution de la douleur et l'augmentation du confort des personnes atteintes de différentes formes de cancer.

Cette année, Mme Treiser a renouvelé et renforcé son engagement en vue de permettre à l'HGJ et à son personnel de continuer à dispenser des soins de niveau supérieur au plus grand nombre de personnes possible en faisant un autre don important à la mémoire de son époux bien-aimé, dans le cadre de la campagne de financement Vous avez le don de guérir. Sa généreuse contribution apporte un soutien indispensable à de nombreux secteurs et initiatives au sein de l'hôpital, notamment : la création du premier Centre d'éducation sur le diabète et les pompes à insuline au Québec, qui fournit au nombre croissant de patients souffrant de diabète la gamme complète de soins et de services de soutien dont ils ont besoin pour établir et maintenir le contrôle optimal de leur maladie; le Fonds de recherche Dr Morris Schweitzer en endocrinologie; le Fonds d'amélioration continue du Centre de médecine familiale Goldman Herzl, qui contribue à améliorer la qualité des soins grâce à de nouveaux programmes de soins de santé, à la formation du personnel et aux améliorations organisationnelles; la Division de cardiologie; le Centre du cancer Segal; et le Service de gynéco-obstétrique.

« Le souvenir de Bela Treiser ne restera pas seulement gravé dans la mémoire de ses proches, souligne Myer Bick, président et chef de la direction de la Fondation de l'HGJ. Son nom sera à jamais associé aux progrès réalisés par tous les médecins et infirmières, grâce aux généreux dons de Vanda, pour rendre la vie de tous les patients et de leur famille plus supportable. L'HGJ est très honoré et reconnaissant d'être bénéficiaire d'un héritage aussi marquant et durable qui améliore la qualité de vie. » Mme Treiser poursuit : « C'est pour moi un moment très spécial, car je sens que je respecte les volontés de Bela. Il serait fier de savoir que les fruits de son dur labeur servent aujourd'hui à aider les autres — des personnes malades qui souffrent et qui ont besoin de soins; des personnes, comme vous et moi, qui méritent de recevoir des soins et des traitements dispensés avec sensibilité, compassion et respect, à l'endroit et au moment où ils en ont le plus besoin. »

Retour à la liste des histoires