Sollicitation de l'automne

­Diagnostics et traitements : une nouvelle ère commence!

Fall_2016_top_French.jpg

Cher lecteur,

Proteomics.jpgEn 2013, l'actrice Angelina Jolie avait fait les manchettes lorsqu'elle avait subi une double mastectomie préventive pour réduire ses chances de contracter un cancer. Elle avait pris cette décision difficile en raison de lourds antécédents familiaux (sa mère, sa grand-mère et sa tante ont été emportées par le cancer) et parce qu'elle est porteuse d'une mutation génétique héréditaire (le gène BRCA1). Ces deux facteurs, ensemble, lui conféraient 87% de chance de développer un cancer du sein et 50% d'avoir le cancer des ovaires. La question qui se pose est : comment se fait-il qu'être porteur du gène BRCA1 ne signifie pas que l'on aura automatiquement le cancer?

La raison est qu' un gène ne peut donner le cancer que s'il produit une protéine. C'est la protéine, et non le gène, qui est à l'origine de la croissance des tumeurs et de la résistance aux thérapies, et ce sont les protéines qui sont ciblées par les thérapies anticancéreuses. Par conséquent, être en mesure d'analyser des protéines, au même titre que les gènes, s'avère crucial si l'on veut faire progresser les traitements et ultimement trouver un remède à cette terrible maladie. C'est là qu'entre en jeu le nouveau domaine de la protéomique et que votre soutien continu fait vraiment une grande différence.

La protéomique nous donne les moyens de prédire les chances de survie d'un patient et la manière dont il pourrait réagir à un médicament donné. Nous sommes alors en mesure de déterminer très rapidement et avec précision quelles protéines à l'intérieur d'une tumeur devraient être ciblées. Ce qui nous permet de concevoir des traitements plus susceptibles d'être efficaces pour chaque patient. Qui plus est, le fait que les protéines peuvent être détectées non seulement dans le sang et l'urine, mais également dans la salive et les larmes, ou directement dans les biopsies, laisse entrevoir la possibilité de dépister et diagnostiquer les maladies beaucoup plus facilement et précocement, et donc d'intervenir plus tôt quand les chances de succès sont plus élevées.

La protéomique peut également être mise à profit pour surveiller la progression de la maladie et l'efficacité d'un médicament en temps réel, ce qui contribuera à prévenir les risques de surdoses et d'effets secondaires tout en nous permettant de modifier un traitement au fur et à mesure que la tumeur évolue. Elle pourrait aussi aider à déterminer les risques qu'un patient souffre d'une rechute, permettant la mise en place de mesures préventives dans les meilleurs délais.

Il y a quelques années seulement, avant l'apparition de la technologie permettant d'introduire la protéomique dans le domaine clinique, choisir le meilleur traitement s'apparentait à un jeu de hasard. La chimiothérapie était administrée à tous les patients, mais bien peu en retiraient des bénéfices. En effet, le traitement standard prodigué aux patients atteints d'un cancer s'avérait inefficace ou même toxique dans plus de 75% des cas. En revanche, avec la protéomique, chaque patient recevra un traitement axé sur ses caractéristiques particulières et adapté à elles. Le traitement est donc susceptible d'être plus efficace et, de façon tout aussi importante, le patient n'aura pas à subir des traitements qui ne fonctionneront pas et qui pourraient avoir des conséquences négatives sur sa qualité de vie.

La protéomique est définitivement la prochaine grande révolution sur le plan des diagnostics et des traitements médicaux. Tous nos patients, quels que soient leur âge, leur sexe ou leur origine ethnique, en bénéficieront. La connaissance approfondie de la nature des protéines aura des retombées positives non seulement sur le diagnostic et le traitement du cancer, mais également sur de nombreuses autres maladies, telles que les maladies neurodégénératives (maladie d'Alzheimer, maladie de Parkinson), les maladies auto- immunes (sclérose en plaques, anémie pernicieuse, arthrite rhumatoïde, diabète de type I, etc.), les cardiopathies, et davantage. Mieux encore, grâce à votre soutien, l'HGJ est prêt à assumer un rôle de chef de file pour développer le potentiel de la protéomique et en livrer les bénéfices aux patients aux échelles provinciale et nationale le plus rapidement possible.

MacNamara_1_opt.jpgJ'ai la réputation d'obtenir des résultats. Je ne suis pas une chercheure, mais je sais comment mettre sur pied et opérer un laboratoire efficacement. Je suis fière du fait que le laboratoire central de l'HGJ, qui effectue les évaluations diagnostiques vitales de tous les liquides organiques et les tissus des patients, est considéré comme l'un des plus efficients au Canada, sinon dans le monde. Cela dit, il m'est impossible de bâtir toute seule un laboratoire protéomique de haut niveau. Un tel laboratoire nécessite une équipe multidisciplinaire possédant des compétences spécialisées et une formation poussée dans de nombreux et différents domaines. Cela requiert également d'entretenir des liens avec d'autres institutions et chercheurs à travers le monde pour assurer l'échange de données et le transfert des connaissances. Il faut aussi avoir des technologies innovantes coûteuses et un espace spécialement conçu pour les déployer.

Votre soutien a eu un impact déterminant en nous donnant les moyens de recruter le Dr Christoph Borchers à titre de récipiendaire de la Chaire de la famille Segal en oncologie moléculaire en 2015. Le Dr Borchers est le directeur du Centre de protéomique de Genome BC à l'Université de Victoria, et est l'un des plus éminents scientifiques au monde en matière de protéomique. Son arrivée a permis à l'HGJ et à l'Université McGill de se positionner comme une plaque tournante pour le premier programme de protéomique pancanadien.

Core_Lab_1_opt.jpg

Maintenant, tout est en place pour progresser à grand pas dans le développement de nouveaux outils de diagnostic et de thérapies ciblées contre le cancer et, ultimement, bien d'autres maladies. Notre plan est d'avoir un programme de protéomique opérationnel à l'HGJ et de commencer à traiter certaines formes de cancer d'ici deux ou trois ans au plus tard. Votre soutien continu est ce qui nous permettra d'y arriver.

Notre priorité numéro un est l'espace. Nous disposons d'un espace de 16 000 pieds carrés prêt à être rénové et réaménagé pour accueillir les spectromètres de masse nécessaires à la détection et à la mesure des quantités de protéines. La prochaine étape est d'acquérir huit de ces appareils. Un objectif important, quoiqu'à plus long terme, est d'embaucher une personne à temps plein au Centre de prélèvements de l'HGJ pour demander des échantillons aux patients afin de nous permettre de constituer une vaste biobanque aux fins d'analyse.

Proteomics.jpg La question n'est pas de savoir si la protéomique verra le jour à l'HGJ, mais quand. Votre soutien jumelé à celui d'autres personnes engagées contribuera à accélérer le développement du programme et permettra ainsi aux patients de bénéficier de diagnostiques et de traitements améliorés d'autant plus rapidement. Vous nous donnerez le pouvoir de sauver des vies, d'éliminer la souffrance et de préserver la qualité de vie de nombreux patients. Je vous invite à renouveler et étendre votre soutien à l'endroit de l'HGJ dès maintenant. Merci.

Cordialement,

Dre Elizabeth MacNamara
Chef du Service de médecine diagnostique
Hôpital général juif

p.s. Votre don, peu importe son ampleur, aura un impact énorme. 100$ aidera à payer le coût de l'analyse d'une protéine pour une personne et cette protéine pourrait bien receler l'information nécessaire pour sauver la vie de cette personne. 50$ nous aidera à démarrer l'analyse de l'imposante banque d'échantillons de salive de patients atteints de la maladie d'Alzheimer et de la maladie de Parkinson prélevés par le département de dentisterie de l'HGJ au cours des années. Il s'agit d'une opportunité en or de faire toute la différence. Veuillez prendre dès maintenant quelques instants pour faire un don aussi généreux que possible en soutien de l'Hôpital général juif.

Faites un don

Sollicitation précédente