Sollicitation du printemps

Mandala_cropped.jpg


­Merci d'avoir aidé l'HGJ
à prolonger ma vie!




Cher lecteur,

Spring_2017_Deborah.jpgSi jamais vous ou un membre de votre famille se blesse ou souffre d'une maladie terrible, vers qui vous tourneriez-vous? Si vous êtes comme la plupart des gens au sein de notre communauté, vous allez aller à l'Hôpital général juif. Pourquoi? Parce que vous savez que vous serez entre de bonnes mains et que vous bénéficierez des meilleurs soins de santé possible. Vous savez également que vous serez traité par un personnel dévoué et empreint de compassion qui va tout mettre en œuvre pour que vous vous sentiez mieux. Et vous savez cela, parce que ce sont votre engagement et votre générosité qui ont contribué à faire de l'HGJ l'hôpital de choix qu'il est aujourd'hui.

Spring_2017_taglineF.jpg

C'est en 1994, à l'âge de 30 ans et en tant que mère monoparentale de deux jeunes filles, Shannon et Arielle, alors âgées de 7 ans et de 3 ans respectivement, que j'ai été diagnostiquée du cancer pour la première fois et référée à l'HGJ.

Tout s'est passé si rapidement. Le Dr François Patenaude, oncologue, m'a fait commencer un plan de traitement structuré comprenant de la chirurgie, de la chimiothérapie et de la radiothérapie. Je me suis aussitôt sentie bien encadrée et en confiance.

Tout au long de ce périple, j'ai su conserver l'optimisme et l'entrain qui m'ont toujours si bien servie dans la vie. Discuter avec les médecins et les infirmières, ainsi qu'avec d'autres patients, est devenue une forme de thérapie pour moi. On s'imagine toujours le pire lorsque l'on est seul. Mais, dès que l'on parle avec d'autres personnes, on réalise assez rapidement que l'on n'est pas le seul à vivre une telle situation et qu'il y a toujours quelqu'un de plus mal pris que soi. J'ai commencé à aider les autres en partageant mon histoire.

L'espoir, c'est la vie, un organisme bénévole à but non lucratif qui offre des services de soutien aux patients atteints de cancer et à leur famille, et qui est entièrement financé par des dons privés, m'a alors invitée à joindre son groupe d'entraide aux jeunes adultes atteints de cancer. J'ai commencé à rencontrer et à discuter avec de plus en plus de jeunes personnes aux prises avec le cancer. J'était très occupée à faire du bénévolat lorsque, à mon grand bonheur, mon cancer est entré en phase de rémission.

Mon cancer ayant des récepteurs d'œstrogène positifs, j'ai entamé une thérapie hormonale pour faire cesser la production d'œstrogènes. On m'avait dit que si je parvenais à suivre ce plan de traitement pendant cinq ans, le risque de récidive du cancer serait beaucoup moins élevé. Je n'ai pas réussi. Durant la quatrième année de mise en œuvre du plan, une mammographie annuelle a décelé la même tumeur dans le même sein.

La réapparition de mon cancer m'a dévastée. Lors des semaines suivantes, j'ai pensé que j'allais mourir, que je ne verrais jamais mes filles grandir. J'étais convaincue que mon cancer était tellement résistant qu'il finirait toujours par réapparaitre envers et contre tout.

Le Dr Patenaude et son équipe m'ont dit que l'ablation du sein était la meilleure solution. L'intervention chirurgicale a été réalisée par le Dr Jacob Garzon. Le Dr Tassos Dionisopoulos a ensuite procédé à la reconstruction du sein. Le résultat final était tout simplement fantastique. J'étais en rémission complète et tellement heureuse.

Malheureusement, mon combat contre le cancer était loin d'être terminé. Les années suivantes ont vu mon cancer se propager à d'autres parties de mon corps à trois autres reprises.

En 2007, le cancer est réapparu dans mon plexus brachial, causant d'intenses douleurs névralgiques et nécessitant cinq semaines additionnelles de radiothérapie.

Spring_2017_Images.jpgEn 2013, il s'est manifesté dans ma paroi thoracique. Il a pu être détecté rapidement parce que le Dr Patenaude avait pris les dispositions nécessaires pour que je puisse bénéficier de trois radiographies TEP (tomographie par émission de positrons) par an. Je suis fière de pouvoir dire que les résultats des tests ont été beaucoup plus rapides que par le passé en raison de la nouvelle technologie acquise grâce aux fonds amassés par des personnes engagées comme vous et ceux provenant d'événements tels que Ça Bouge pour la santé du sein – auquel j'ai pleinement participé.

Il s'agissait également de mon premier contact avec le Centre du cancer Segal et avec les nouvelles installations de la division de radio-oncologie situées près de l'entrée principale de l'hôpital, deux exemples frappants de ce que nous pouvons aider à réaliser, ensemble, grâce à notre soutien. J'ai alors subi des traitements de curiethérapie, une forme très ciblée de radiothérapie dans laquelle l'HGJ est un pionnier, et les choses se sont stabilisées… Mais seulement pour un certain temps.

En 2015, j'ai recommencé à avoir des problèmes avec mon bras gauche et les clichés d'IRM ont révélé que des tumeurs avaient détruit les nerfs de mon bras. La tumeur était inopérable et la radiothérapie était également hors de question car j'avais déjà été exposée à trop de radiation.

À ce stade, je craignais d'avoir épuisé les options thérapeutiques à ma disposition. Tous les traitements avaient fonctionné, mais leur efficacité ne durait qu'un certain temps. Quand j'ai fait part de mes préoccupations au Dr Patenaude, il m'a répondu que nous avions encore de nombreux traitements à essayer. Cela m'a tellement rassuré. Cela m'a également fait réaliser à quel point le traitement du cancer a progressé depuis mon premier diagnostic il y a plus de vingt ans – et ce, notamment grâce à l'aide que vous et d'autres membres attentionnés de la collectivité fournissez par le biais de votre soutien continu à l'endroit de l'HGJ.

J'ai débuté un nouveau protocole de radiothérapie sous forme de comprimés, moins drastique et avec beaucoup moins d'effets secondaires comparativement à la chimiothérapie conventionnelle. Et c'est avec énormément de joie que j'ai appris la semaine dernière que mon cancer était devenu latent.

Aujourd'hui, je vais bien et je remercie sincèrement le personnel et les supporteurs de ce merveilleux hôpital. L'équipe médicale du Centre du cancer Segal a prolongé ma vie de 23 ans et L'espoir, c'est la vie a été ma planche de salut en m'aidant à composer et à bien vivre avec le cancer. J'ai une confiance absolue en l'HGJ et son personnel. Mon cancer peut resurgir à tout moment, mais il ne l'emportera pas sur moi tant que je pourrai compter sur l'HGJ. Je suis animée d'un désir profond d'aider d'autres personnes dans la même situation en partageant mon histoire et en amassant des fonds essentiels afin de permettre à l'HGJ de s'améliorer constamment, comme je le fais avec cette lettre.

Je vous invite à renouveler et à étendre votre soutien à l'endroit de l'HGJ dès aujourd'hui. Ce faisant, vous aiderez tous les membres de notre collectivité à bénéficier de soins de qualité supérieure dispensés avec humanité lorsqu'ils en auront le plus besoin.

Cordialement,

Deborah Bridgman

P.S. Étant votre hôpital, l'HGJ a à cœur de fournir les meilleurs soins aux personnes qui vous sont chères. Votre don, qu'il s'agisse de 25$, 50$ ou de tout autre montant qui vous convient, aidera le personnel de l'HGJ à vous aider quand cela compte vraiment. Il se traduira par davantage d'options de traitement, de nouveaux médicaments, des thérapies innovantes, de nouveaux programmes de soutien aux patients, de meilleurs équipements et autres améliorations qui s'avèreront essentiels du fait qu'ils serviront inévitablement à sauver et à étendre la vie de quelqu'un. Votre don continue de faire une énorme différence dans ma vie! Veuillez prendre dès maintenant quelques instants pour faire un don aussi généreux que possible en soutien de l'Hôpital général juif.

Faites un don

Sollicitation précédente